Outil de rédaction

Les 10 ressources favorites de la rédactrice

Certaines périodes creuses présentent un intérêt pour l’écriture de ce blog : j’ai enfin un peu de temps pour m’y consacrer ! Je prends donc quelques minutes pour présenter une liste d’outil indispensables à mon métier de rédacteur…. Ou comment rendre la rédaction plus simple au quotidien !

Les outils de rédaction papier : le retour aux sources

Je me suis amusée avec Canva pour faire une petite vidéo style épique sur mes trois sources de bases dans l’écriture quotidienne, pardonnez-moi…

Donc, vous trouverez :

  • un dictionnaire Larousse de 1998 (je suis pas très à jour) avec ses jolis drapeaux sur le 2ème et 3ème de couverture. J’avoue préférer le Robert, qui a largement accompagné mes parties de scrabble endiablées avec mes parents, mais ils n’ont pas voulu le lâcher pour moi…. Ce que je comprends tout à fait !
  • un dictionnaire des synonymes : je vous présente plus bas la version en ligne, mais j’ai un faible pour ce dictionnaire bien fichu, qui a aussi l’intelligence de présenter les antonymes.
  • Et mon chouchou, le Voltaire : il répertorie les principaux écueils de la langue française et je me replonge régulièrement dedans pour réviser. Oui, je n’ai pas du tout la science infuse, et le participe passé des verbes pronominaux me donne régulièrement du fil à retordre. A ce sujet, je ne peux que vous inciter à passer le test Voltaire

Les tips sur Internet pour bien rédiger

Rassurez-vous, je ne passe pas tout mon temps le nez dans mes bouquins pour bien écrire. Mon outil de base, Word ou Googledocs, me donne pas mal de pistes pour bien écrire sans coquilles ou fautes de frappe grossières, et je dois un peu le brusquer pour certaines fautes qu’il s’ingénie à me signaler (il déteste par exemple le mot micro-ondes, peu importe l’orthographe que j’utilise).

Là encore, on retrouve des dictionnaires de synonymes : le plus ancien, le dictionnaire électronique des synonymes CRISCO, a été élaboré par l’université de Caen. Mais après un blackout de quelques heures il y a quelques années, je lui ai troqué un autre site tout aussi efficient, le CNTRL. Je vous laisse faire votre opinion entre les deux.

Je ne suis pas une grande fan du Bescherelle et du Bled, peut-être en raison des exercices à la chaîne que m’imposait quand j’étais en primaire. J’ai pour mes interrogations métaphysiques en conjugaison un petit site bien pratique, le Conjugueur. Un outil en ligne utile pour la rédaction sans y passer trop longtemps.

Et parce que l’anglais fait de plus en plus partie de notre vie, je vous partage mon site de traduction, Reverso, pratique.

Dernière petite pépite, cette page consacrée aux raccourcis clavier pour les symboles. Certes on peut également utiliser le copier-coller, mais je trouve tellement plus classe de taper le code…

La productivité sans peine : des outils pour une rédaction efficace

Connaissez-vous la méthode Pomodoro ? Cette organisation de travail par tranches de 25 min+ 5 min de pause a sauvé bien des journées de flemme démobilisation. Il existe des timers en ligne, mais j’ai préféré cette Méthode Pomodoro adaptée à mon usage d’Internet : cette extension de chrome me permet de ne pas me balader sur les sites internet les plus chronophages pendant les périodes de travail sans pour autant me restreindre (j’ai besoin d’internet pour mes recherches documentaires). Et si je n’ai vraiment pas besoin d’internet pour bosser, comme quand j’écris non stop, pas de souci, j’utilise le timer de mon téléphone. Simple, non ?

Et je finis par un site un peu old school, mais qui est fort pratique quand on n’a pas le compas dans l’œil. Ce compteur de mots ou de signes comptabilise le nombre de mots/lettres dans un texte sans passer par le compteur Word. Il est utile pour évaluer quelle sera la taille du texte de 8000 signes demandée par votre client en urgence…

J’espère que cette mini liste vous aura intéressés ! Et vous, quels sont vos outils préférés ?

Le référencement naturel ou SEO

Il y a environ un mois, j’ai suivi une formation en référencement naturel, mise en place par Olivier Andrieu. Son expertise en SEO ne l’empêche pas d’être très accessible, et fort plaisant à écouter. Retour sur les principaux enseignements du e-learning !

Pourquoi se former en SEO ?

Depuis que je suis rédactrice, je me prends pour M. Jourdain : je fais du SEO en amateur, sans vraiment m’en douter. Malheureusement, l’exercice a ses limites. Lorsqu’un client me demande dans un article de placer jusqu’à 15 fois une expression ou un mot-clé imposé, je n’ai pas les bons arguments à leur avancer, si ce n’est le manque de lisibilité final. (depuis, j’ai l’argument : cette pratique s’appelle du « keyword stuffing » et est pénalisée par Google).

L’autre déclencheur, c’est évidemment la montée en compétence. Ajouter une certification SEO à mon profil est un atout non négligeable pour un rédacteur. L’idée était aussi de vendre ses prestations un peu plus cher, mais pour cela, il faut trouver de nouveaux clients…. J’en profite donc pour vous rerouter sur mon lien de profil freelance Malt !

Bien se former en 2021

Vous avez tous entendu du CPF (Compte Personnel de Formation) ? Souvent mis en avant pour les fraudes, il se révèle un outil très pratique pour valider des formations en un rien de temps. En remplissant mon compte formation et en convertissant mes heures de DIF, j’ai pu accéder à un catalogue de formations très large. Celle que j’ai finalement choisi, Formaseo, mariait les trois critères de bases : 

  • une formation en ligne 
  • un coût non prohibitif
  • une reconnaissance finale sous forme de certification

En prime, je bénéficiais de l’expertise d’Olivier Andrieu. Une discussion impromptue avec une agence SEO m’a confirmée dans mon choix. Une simple validation sur le site, quelques tests préalables et j’ai pu me lancer dans le bain. Elémentaire ! 

 

 

Ce que j’ai appris avec Olivier Andrieu

Tout d’abord, le SEO (Search Engine Optimization) qu’est-ce donc ? Il s’agit d’un ensemble de règles et de mesures destinées à faire apparaître un site ou une page dans les premières pages de résultats de Google (les SERP). Cet ensemble s’articule en 4 axes, dits 4 C :

  • le code : la structuration du site ou de la page doit se traduire dans le code html avec des balises précises et ordonnées.
  • la conception : le plan et le maillage du site doivent être optimisés.
  • le contenu : le texte et les médias doivent être rédigés en suivant les préconisations lexicales chères à Google.
  • la célébrité : les liens font l’objet d’un soin attentif.

Bien sûr, la partie rédactionnelle m’a captivée. Elle m’a donné des munitions pour expliquer à mes clients l’inutilité d’ajouter des fautes d’orthographe, l’importance des balises ou encore l’obligation de bien respecter l’ordre des mots dans les expressions-clé. Bref, une vraie boîte à outils.

Les critères techniques ont également été une vraie découverte : j’avais bien sûr été initiée au html et CSS, mais comprendre leur usage dans l’optique du référencement organique a bien plus de poids. Chaque vidéo faisait l’objet d’un QCM final et la formation débouchait sur une certification.

Quelques semaines plus tard, je dois avouer que je me sens bien plus assurée face aux clients lorsqu’ils souhaitent des textes optimisés. Le référencement naturel n’est plus un vilain épouvantail, et je peux expliquer plus sereinement mes choix d’écriture aux clients. Une formation à recommander ! 

Un calendrier, en 2020, c’est démodé ?

J’en ai déjà touché un mot ici, le voici enfin : notre calendrier 2020 spécial jardin indoor/outdoor… Un agenda qui ne se veut pas que pratique, et pas que esthétique, un must-have sympathique à proximité des plantes vertes !

Calendrier Marion Hugoo x Anne Mansuis

Green et fashion, le calendrier perpétuel idéal

Genèse du projet ‘green calendrier’

Marion Hugoo est une styliste et consultante mode qui a bien plus qu’une corde à son arc. Un jour, autour d’un thé, a surgi l’idée d’un calendrier, un cadeau à se faire à soi-même et qui ne parlerait que de jardin.

Aussitôt dit, aussitôt fait, nous voici à débroussailler le concept, à échanger sur les couleurs, les illustrations, les idées à partager… Le thé est vraiment un grand accélérateur de projets !

Pour qui est destiné cet agenda ?

Nous ne sommes pas allées bien loin : pour nous. C’est à dire :

  • des urbaines / périurbaines un peu pressées
  • pas très douées pour le jardin
  • mais qui n’ont rien contre un peu de vert dans la vie….

Et comme l’une est dotée d’un micro jardin et l’autre d’une cour (un jardin parisien, comme on dit à Lille…), nous avons aussi voulu parler de plantes d’intérieur. 

Ah, et dernier point, il fallait absolument que je convainque mon fils qu’un radis pousse dans la terre et non dans un bac à légumes. Challenge…

Comment avons-nous procédé ?

Au commencement était le verbe… Enfin, surtout les conseils pour l’intérieur et l’extérieur. L’idée, c’était de rester dans le simple mais pas le simpliste, de donner quelques astuces et surtout de donner envie de mettre les mains dans la terre. Ensuite, j’ai laissé Marion se déchaîner sur son clavier, sa tablette…

Des réunions, des hangouts et pas mal de commentaires sur Google drive ont été nécessaires pour faire fleurir notre agenda. Après une évolution de police assez drastique (et très réussie), des couleurs à faire varier, et des choix iconographiques un peu trop ambitieux parfois (non, dessiner entièrement un oranger, ce n’est pas simple comme un bonhomme bâton), nous voici devant ce beau pdf…

Et on en est fières !

Et au final ?

A quoi va servir ce calendrier 2020  (qui peut aussi être un agenda 2020 ou 2022…) :

  1. Se motiver pour planter des fraisiers, des tomates, un chou kale…
  2. Donner des pistes pour que votre Maranta survive plus de 3 mois
  3. Décorer votre frigo, après tout, les couleurs sont top !
  4. Offrir à votre collègue de bureau, votre maman, vos amis…
  5. Le ranger dans son dossier « A Faire – urgent » (on l’a tous…)
  6. On vous laisse nous le dire !!!

Pour télécharger notre calendrier Marion Hugoo x Anne Mansuis, c’est ici : 

Calendrier 2020 green

Alors, vous en pensez quoi ? Un calendrier, en 2020, est-ce si démodé ?

Bonne année 2020 !

peur photo

Après 2019, je comptais bien mettre derrière moi pas mal d’incertitudes et de freins. Donc, 2020 est arrivée et avec elle l’envie de me vendre mieux en tant que rédactrice. Pas facile quand on cumule introversion, peur de l’échec et syndrome de l’imposteur !

C’est chose un peu faite grâce à Ideateem, spécialisée dans l’univers du bâtiment, qui m’a demandé une suite de 5 textes sur des sujets aussi variés que les gouttières ou l’isolation des toits plats. J’aime bien les problématiques immobilières, ce challenge est assez motivant pour débuter l’année 2020 !

Mais je me prends aussi à rêver… Après cela, pourquoi ne pas vraiment proposer des sites clé en main pour autre chose que mon coeur de métier, à savoir le monde du jardin ? Bien sûr, je rêve toujours de bosser sur le site d’un paysagiste ou d’un pépiniériste.

Mais il y a peu, Christophe Rousselot, architectes contractant général, m’a contactée pour travailler une nouvelle mouture de son site. Ce fut un vrai plaisir d’écriture, entre les interviews archi, les recherches SEO et les articulations entre pages… Je rêve d’arriver à une aussi grande complexité pour mon site perso….

Tout cela pour dire que cette année, je risque de rentrer un peu plus dans la maison… Mais que je ne dédaignerai pas pour autant le jardin (je vous invite aussi à compulser mes autres articles). D’ailleurs, j’ai une exclusivité mondiale sur le feu, un travail si génial qu’il a largement pris le temps d’être peaufiné :

un calendrier jardinier pressé !

Plus d’infos à suivre…